Jeudi 15 novembre 2018.

N'ayant peur de rien, nous avons randonné à la vue des brigands (c'est le nom de cette randonnée) mais quelqu'un nous a rassuré "les brigands dorment dans la  journée, vous pouvez y aller sans crainte". Nous somme partis d'Autoire (un des Plus Beaux Villages de France) pour rejoindre Castelnau sur son promotoire par une plaine verdoyante avec plein de chevaux.

20181115 114030 

20181115 115026 

 Castelnau est superbe, tant le site que le village (qui mériterait aussi d'être un PBVF), et dont l'église renferme un trésor : le bras de St Louis. Si si, le vrai. On n'a pas eu le temps d'éclaircir tout ça car Daniel nous a rappelé à la réalité : il faut encore marcher. Geneviève a bien tenté une rebellion pour casser la croute avec ce beau panorama mais ça n'a pas fonctionné. 

 

Nouvel objectif : Loubressac. Un seul problème, il faut monter. Alors au pied de la difficulté, un muret à hauteur de fessier a accueilli tout le monde en ligne pour prendre des forces. Il en fallait pour les 183 m de dénivelé qui nous attendaient mais le paysage et le village valaient l'effort. Encore un PBVF où il fait bon flâner. Mais pas trop car il restait encore 6,5 Km à parcourir.

 20181115 142434

 

 

 

 

 

 

20181115 155958

 

 

 

 

 

 

 

Direction la culée d'Autoire par le haut. Beau panorama sur la cascade et point de vue superbe sur Autoire et les falaises qu'il fallait descendre pour rejoindre la voiture, sur le parking, là-bas, tout en bas.

Descente à flanc de falaise, au début par des escaliers métalliques jusqu'au Château des Anglais (ruine accroché à la falaise; quelle idée !) puis en varape avant d'arriver au "piémont" dans la forêt. Moyenne sur 600 m, 121 m de dénivelé !

Au final : distance = 19,5 Km, temps de marche = 4h54, dénivelé = 492 m

 

Un seul regret : pas moyen d'acheter un fromage de chèvre, tous les producteurs étant fermés lors de notre passage. Mais les chèvres étaient bien là, même des angoras.

 

Météo idéale, chemin agréable, payasages superbes, excellent compagnie. Comme d'habitude, les absents ont eu tort.